Rechercher dans ce blog

3 juin 2018

« Le poème dont vous êtes le héros » - Guillaume PRIE



Ce roman m’a transporté dans un maelstrom de questions. C’est en réalité un livre qui s’apparenterait, à mon avis, à du développement personnel.
N’est-ce pas un besoin de notre société ?


Année de parution : 2017
Nombre de pages : 234
ISBN : 979-10-262-1267-6
Editions : Autoédition

Résumé (quatrième de couverture) :

Dans le roman, les personnages sont guidés par les strophes des poèmes qui introduisent les chapitres. 
Un peu, beaucoup, librement finalement... jusqu'à ce qu'ils prennent les rennes. Ils finissent par écrire eux-mêmes les derniers vers pour faire de leur vie le poème dont ils sont les héros…
C’est ainsi que Mickaël, ce doux rêveur contrarié par un métier dans lequel il ne s'épanouit pas, écrira ce poème, pour la femme de sa vie, pour une vie pleine de folie (Vous parlez de folie ?), pour qu'ensemble, ils deviennent Chercheurs d'or ! Le lui donnera-t-il ? Il paraît qu’Un regard a suffi...
Pour Jean, écrivain en quête d'inspiration, Un nouveau jour se lève... Un jour de Grandes découvertes...
Ban Bayan, son personnage de roman, un marchand prospère de Mésopotamie décide de suivre les vents : il deviendra Maître Songe.
Thomas de son côté, se sent enfermé dans une société mercantile qui ne lui correspond pas. Il n'a qu'un mur pour Crier.
Quant à Anatole, il n'est plus du tout en accord avec les valeurs capitalistes de son employeur : Bientôt, il s'en ira.
Risquera-t-il L'oubli, comme ce vagabond errant dans les rues de Paris ? En attendant pense- t-il, Je souris, donc je suis… Au moins pour un instant…

Quel lien unit ces hommes a priori si différents ? Qui sont-ils vraiment ?
Mickaël, Thomas, Jean et les autres ne cherchent finalement rien d’autre que la liberté et, avec elle, le bonheur. Dans l’écriture, le couple, la révolte, le trouveront-ils ? Réussiront-ils à briser les carcans qui les retiennent pour aller au bout de leurs désirs ? 

Quelques citations en amuse-bouche :

« On a toujours le choix, répondit calmement Astarük. L’inconnu n’est qu’une projection de soi-même : tu sais ce qui t’attend. La seule question est : es-tu prêt ? »

« Toi qui cours le monde, tu sais autant que moi que l’importance du voyage ne réside pas dans la distance physique que les jambes parcourent, mais dans le cheminement intérieur que l’âme accomplit. Tu dois comprendre le feu qui crépite en toi, ce qui brille quand tu l’alimentes, réchauffe ton cœur et te permets d’avancer. »

Quelques mots sur l’auteur :

Né dans un coin de la Bretagne où il ne pleut jamais, Guillaume Prié a exercé pendant 20 ans dans la finance d'entreprise.
L'écriture pour mettre une once de poésie dans une vie un peu trop cartésienne ?

Maintenant, place au livre !

Ce livre n’est pas un poème. Ne le cherchez pas, vous ne le trouverez pas sous la forme convenue. Il surprend, il intrigue et il interpelle. Voilà ce que m’a évoqué ce livre.
Je ne me suis pas ennuyé, j’ai apprécié et malgré les questions de départ, je me suis lentement sentie glisser aux côtés de différentes personnes.

Nous partons à la rencontre de cinq personnages tous aussi différents les uns que les autres. Leur point commun ? La recherche du bonheur. L’adéquation de leur moi intérieur.

Qu’est-ce qui fait le bonheur dans la vie ? L’argent, le travail, la satisfaction d’autrui ? Autre chose ?
Chacun à sa manière va partir à la rencontre de son bonheur. Chacun a un rendez-vous à honorer…
Tous d’horizons différents : Mickaël, le poète rêveur marié à la gentille Annie, Anatole le carriériste capitaliste jusqu’ « auboutiste », Jean le professeur écrivain spirituel, Thomas le révolutionnaire d’un quartier défavorisé et Ben bayan le marchand rêveur en quête…

Nous suivons chaque tranche de vie, accompagnée de strophe d’une grande finesse et en subtilité. Elles dépeignent l’ambiance du chapitre. Le style de Guillaume Prié est fluide et simple. Chaque personnage est recherché et aborde des points de vue différents.
Les chapitres sont courts et de ce fait ne languissent pas le lecteur. Ce roman, plus qu’un poème se lit comme un petit pain au lait.
Le lecteur trouvera (enfin moi en tout cas), que le roman est un poème en lui-même. De par les tournures de phrases, les points abordés, la manière dont ils sont abordés.

Petit bémol pour ma part, dont je n’ai pas su tirer toute la subtilité je pense, ce sont les différents personnages. Ils s’emmêlent enfin leur histoire s’entremêlent et se rejoignent à certains moments. Je me suis un peu sentie perdu. Ou bien est-ce voulu et peut-être que tous ces personnages sont en réalité un seul et même ?

Mais ce n’est qu’un petit bémol. Le reste est un vol au-dessus des nuages qui nous permet de lorgner par la fenêtre d’un rayon de soleil pour regarder l’évolution de chacun. Quelle est leur vie ? Quelles sont leurs questions ? Où vont-ils aller ? Et nous au final, ne cherche-t-on pas à savoir où nous voulons aller nous-mêmes ?

Ce roman m’a transporté dans un maelstrom de questions. C’est en réalité un livre qui s’apparenterait, à mon avis, à du développement personnel.
N’est-ce pas un besoin de notre société ? N’a-t-on pas besoin de se retrouver en tant qu’être humain ? Nous sommes devenu de véritable machine, toujours plus, plus vite, plus haut, plus fort… N’avons-nous pas besoin de revenir à des choses essentielles ?

En lisant ce livre, au style poétique, vous trouverez peut-être des réponses… Personnellement, je n’ai pas trouvé de réponse, mais des questions que je me pose. J’ai passé un agréable moment après avoir compris les premiers chapitres. Je vous conseille cette lecture qui, si vous aimez les strophes, vous embarquera à n’en pas douter.

Je suis bien curieuse de votre retour alors si vous passez dans le coin et que vous l’avez lu ou juste me dire si je vous ai donné envie, n’hésitez pas à commenter 😊


Aucun commentaire:

Publier un commentaire