21 mars 2017

"La petite boulangerie du bout du monde" - Jenny COLGAN

Excellentissime !


Mignon comme tout !

Année de parution : 2014
Nombre de pages : 494
ISBN : 978-2-266-26365-8
Editions : POKET

Résumé (quatrième de couverture) :

Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu’un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir à zéro ?

Quelques citations :

« - Tout ira bien, mon petit canapé, dit-elle avec un regard ému à l’arrière. Pitoyable, soupira-t-elle la seconde suivante. Je vous présente la femme qui murmure à l’oreille des canapés … »

« Parfois quand vous êtes au large, et qu’il n’y a que vous au milieu de toute cette eau et rien d’autre, et que c’est le milieu de la nuit, et avec toutes ces étoiles au-dessus de votre tête, […] vous vous sentez appartenir, comment dire, à quelque chose de tellement plus grand que vous… »

« Suivre votre instinct, c’est tout ce qui compte, dans la vie. Faire ce que vous avez envie de faire. Lorsque vous avez trouvé votre voie, il faut vous donner à fond et tout alors devient possible »

« Vis le moment présent. Ne prends pas de photo, n’essaye pas de saisir cet instant et de le figer pour l’éternité. Goûte à sa juste valeur le spectacle »

Quelques mots sur l’auteure :

Jenny Colgan, née Jennifer Colgan en 1972 à Prestwick, en Écosse, est une romancière britannique, auteure de comédies romantiques telles que "Le mariage d'Amanda" (2000), "Recherche Andy désespérément" (2001), et plus récemment "La petite boulangerie du bout du monde" (2015), "Toute résistance serait futile" (2016) et "Rendez-vous au cupcake café" (2017).
Elle est mariée, mère de deux enfants, et partage sa vie entre la France et Londres.
Elle publie aux Editions Milady.
[Source_Babelio]

Maintenant, place au livre !

Tout commence par un rendez-vous avec la banque !
La société de Chris et de Polly est en faillite … Leur couple bat de l’aile, Polly étouffe !
Elle débarque chez sa meilleure amie Kerensa (drôle d’oiseau au passage).

Polly se décide à trouver une location, même en colocation… et la voilà débarqué dans les galères. Elle élargie son cercle de recherche et trouve une location à quatre-vingt kilomètres de Plymouth… Mount Polbearne !

C’est une presqu’île qui s’est fait engorgé par les flots, enfin la route qui l’a relie à la terre a été englouti, mais de manière partielle ! C’est-à-dire qu’à marée basse, la route réapparait !

Avec Kerensa, elle vont visiter ce petit logement coup de cœur de Polly. Bien que celui-ci soit en réalité dans un état de délabrement avancé, elle décide tout de même de le louer. Elle fait un bail court le temps de souffler et de se recentrer et elle rentrera à Plymouth …

La voilà partit avec les produits d’entretien et toute sa bonne volonté.
Quelques grammes de farine et de quoi cuisiner à minima. Sa bonne amie a eu la bonne idée de lui glisser une paire de gants à froufrous et une bonne bouteille d’alcool fluo et pétillant !

Le tout mis au propre, elle se décide à faire du pain et aller à la rencontre des villageois. Elle va y faire des rencontres surprenantes ! C’est le moins que l’on puisse dire !

C’est avec la compagnie d’un bébé macareux que Polly va se reconstruire petit-à-petit. Mais va-t-elle arriver à ses rêves et retrouver une vie normale ? Va-t-elle réussir à s’intégrer dans ce village qui n’accepte pas bien les étrangers ?

C’est un roman dur et léger à la fois. L’auteure a su mêler la dureté de la vie et la passion qui l’anime. Elle a su agrémenter son histoire par de somptueuses images qui nous emmènent en voyage…

Drôle et plein de bon sens, ce livre m’a littéralement transporté !

Je vous laisse découvrir les personnages mignons, sympas, drôles, spéciaux, tourmentés et magiques !


Bonne lecture ! Je vous souhaite qu’il vous transporte autant qu’il m’a transporté !

1 commentaire:

  1. Pareil j'ai adoré ... on se laisse envelopper dans ce village, les personnages sont attachants, et j'ai particulièrement apprécié certains dialogues un brin décalé.
    Jolie découverte.

    RépondreSupprimer