18 juil. 2016

"La bibliothèque des coeurs cabossés" - Katarina BIVALD


Un vrai coup de cœur !

Résumé (quatrième de couverture) :

Tout commence par un échange de lettres sur la littérature et la vie entre deux femmes que tout oppose : Sara Lindqvist, jeune Suédoise de vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, et Amy Harris, vieille dame cultivée de Broken Wheel, dans l’Iowa. Lorsque Sara perd son travail de libraire, son amie l’invite à venir passer des vacances chez elle. A son arrivée, une malheureuse surprise l’attend : Amy est décédée.
Seule et déboussolée, Sara choisit pourtant de poursuivre son séjour à Broken Wheel et de redonner un souffle à cette communauté attachante et un brin loufoque… grâce aux livres, bien sûr.

Citations :

« Les livres lui avaient servi de remparts, oui, mais pas seulement. Ils l’avaient protégée du monde extérieur en le réduisant à une espèce de vague toile de fond bien moins tangible que les aventures fictives dont elle se délectait. »

« Nous sommes trop pragmatique, je suppose. Il faut avoir un côté rêveur pour apprécier les livres, en tout cas au début. »

« Amy n’avait peut-être pas eu une vie passionnante au cours de ses dernières années dans cette chambre, mais elle devait avoir lutté contre la mort jusqu’à la fin. Sara pouvait comprendre pourquoi elle l’avait niée si longtemps. Quelle terrible prise de conscience : savoir qu’il y avait tant de livres qu’elle ne toucherait jamais, tant d’histoires qui se poursuivraient sans elle, tant d’auteurs anciens qu’elle n’aurait pas le temps de découvrir !
Cette nuit-là, Sara resta dans la bibliothèque d’Amy en méditant sur le fait tragique que les écrits sont immortels alors que l’homme ne l’est pas. »

« - Parfois, j’ai l’impression que la vie offre trop de choix […]. Ça en devient pénible.
Il se pencha au-dessus de la table qui les séparait, de manière à être tourné vers elle, et ajouta :
-          Des fois, j’en viendrais presque à souhaiter d’être malade et de devoir garder le lit toute la journée. Ne rien avoir à faire. Aucune décision à prendre pendant plusieurs jours.
-          C’est à ça que servent les livres, répondit Sara en lui souriant. Ils sont l’excuse parfaite pour ne rien faire. »
« Les livres sont fantastiques et prennent sans doute toute leur valeur dans un chalet au fond de la forêt, mais quel plaisir y-a-t-il à lire un livre merveilleux, si on ne peut pas le signaler à d’autres personnes, en parler et le citer à tout bout de champ ? »

« Le jugement public est un bien inoffensif tyran comparé à notre propre jugement. »

« Si davantage de librairies avaient pris leurs responsabilités en utilisant des affiches de mise en garde, sa vie aurait été beaucoup plus facile. Comment pouvait-on exiger des messages d’avertissement sur les paquets de cigarettes, mais pas pour les livres tragiques ? Signaler sur les canettes qu’on ne devait pas conduire après avoir bu de la bière, mais ne rien dire quant au fait de lire des histoires tristes sans mouchoirs à portée de main ? »

Je m’arrête là, le livre entier est parsemé de belles choses à extraire !!!


Quelques mots sur l’auteure :

Katarina BIVAL a grandi en travaillant à mi-temps dans une librairie. Aujourd’hui, elle vit près de Stockolm, en Suède, avec sa sœur et autant d’étagères à livres que possible. La bibliothèque des cœurs cabossés est son premier roman.

Maintenant, place au livre !

Ce livre est un roman, banal mais redoutable… oui redoutable dans son bienfait !
Oui, j’ai adoré ce livre … Celui-ci est fait pour les amoureux des livres ET LES DEDAIGNEUX !

Une petite ville de l’Iowa bien paumée, 2009 après la « crise », une Amy petite vieille bien cultivée et bien sympa qui écrit (des lettres et non des mails !!!) à une jeune Sara suédoise qui viendra la rejoindre …
Ces deux-là se sont rencontrées via une plateforme de ventes de livres ! Elles ont continué à correspondre et à devenir de vraies amies.
Le livre est parsemé de ces lettres de correspondances, d’Amy qui explique la vie de Broken Wheel et des gens qui font cette ville.
Sara, elle est une petite chose fragile que sa famille ne regarde pas et ne conforte pas, qui vient de perdre son emploi dans la librairie où elle travaillait en Suède.

Sara sans emploi, Amy aux Etats-Unis… Amy invite Sara à la rejoindre pour qu’elles se rencontrent enfin…

Amy n’est plus là, mais son esprit rôde à travers les gens de la ville, à travers ses bienfaits, à travers ses livres …
Sara débarque à Broken Wheel et tout le monde l’aide ! Comme l’avait annoncé Amy. Elle considère leur être redevable et ne compte pas laisser ses dettes en suspens.

Après quelques jours d’errances dans la maison vide d’Amy et en ville, Sara y découvre un paradis pour lecteurs !
Et si les livres avaient le pouvoir de redonner espoir aux gens, de les faire se battre pour que leur ville à laquelle ils sont si attachés acquiert un rayonnement qui donne aux touristes de venir s'y attarder ? Et si les livres pouvaient bien plus que cela, et si les livres étaient capables de tout ?
Elle décide d’allier ce qu’elle connait de mieux avec un petit local à l’abandon, toujours à Amy et décide d’ouvrir une « librairie » dans ce coin paumé !
Elle le fait avec goût, un petit cocon bien sympa…

Elle se donne pour mission de trouver pour chaque personne qu'elle rencontre le livre qu'il lui faut. Car elle considère que chaque personne a un livre qui lui est destiné (pour commencer à lire…).

Petit à petit, au fil des rencontres elle s’aperçoit qu’elle trouve sa voie et que les gens de la ville se révèlent également …

L’histoire nous transporte avec elle, dans l’odeur des livres, dans l’histoire des personnages, dans la réflexion et la philosophie de la vie …
Effectivement, on passe par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel ! Oui, l’amour (classique), les déceptions, les coups de sang, les révoltes, l’amitié, etc.

AVIS AUX LECTEURS COMPULSIFS : beaucoup de références dans ce livre, faites attention pour vos achats ou emprunts compulsifs ...

Un vrai régal pour les yeux, la tête et le corps ! Un vrai coup de cœur pour moi ! Et ça fait du bien !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire