24 juil. 2016

"Une larme m'a sauvée" - Angèle LIEBY et DE CHALENDAR Hervé


Une belle claque !!! A découvrir ...

Résumé (quatrième de couverture) :

Ça a commencé, un jour de juillet, par des picotements au bout des doigts, un violent mal de tête, la perte de réflexes… Rapidement, l’état d’Angèle s’aggrave et les médecins décident de la plonger dans un coma artificiel. Le temps passe et Angèle reste dans le noir. Un noir profond où, consciente, elle crie sa douleur et sa peur, mais où personne ne peut l’entendre. Alors elle pleure à l’intérieur. Et soudain, une larme coule le long de sa joue. Une larme qui la ramène vers le monde des vivants …

Citations :

« L'espoir, c'est une petite flamme de bougie menacée par le vent; il faut la protéger délicatement, au creux de ses mains, la veiller comme un trésor. »

« Le principal problème, à mon avis, c'est que, trop souvent, le corps médical oublie que derrière la maladie, il y a... Un malade. Et qu'il faut soigner les deux! Et s'il se souvient de la présence du malade, il oublie que chacun est différent. Si vous ne rentrez pas dans le moule, alors gare... »

« Le premier enseignement que je retire de mon expérience est simple : il faut toujours se battre, quelle que soit la mésaventure qui nous tombe dessus. Toujours y croire. Ne pas cesser d’avancer même si progresser de quelques millimètres exige un effort acharné. Si l’on n’y croit pas, si l’on abandonne, si l’on considère que gagner ces millimètres ne changera rien, on est condamné d’office. Aller de l’avant, c’est fondamental. »

« Avoir la vie d’un autre entre ses mains ne fait pas nécessairement de soi un dieu. »


Quelques mots sur l’auteur :

Le 13 juillet 2009, Angèle Lieby, 57 ans, est hospitalisée d'urgence à Strasbourg pour une migraine persistante.

Plongée dans un coma artificiel, elle se réveille consciente mais incapable de bouger. Elle a été considérée comme morte pendant près de deux semaines.

Elle a voulu raconter, trois ans après ce terrible jour, dans « Une larme m’a sauvée ».


Maintenant, place au livre !

Ce livre est un témoignage de la maladie, le syndrome de Bickerstaff, qu’a vécue Angèle LIEBY.
Ce livre est beau, rude, larmoyant et intense.
Malgré quelques incohérences dans les dates, les faits et les tournures médicales, c’est un bonheur !

Angèle nous transporte avec elle dans son pire cauchemar. Elle a une migraine puis arrivée à son travail, elle se rend compte que le bout de ses doigts est engourdi ! Elle débauche et avec son mari vont aux urgences de l’hôpital de Strasbourg. Puis tout s’aggrave… Elle est plongée dans le coma…

Dans ce coma où elle parait physiquement décédée, mais à l’intérieur, elle vit un enfer !!! Elle entend tout, elle sent tout…

L’amour de son mari, de sa fille et de ses amis va la « ramener » … Alors que sa fille lui parle et qu’elle pleure intérieurement, une larme s’échappe de son œil… Elle revient petit à petit du noir infernal dans lequel elle était enfermée.

De là, tout va être difficile ! La rééducation des gestes, des mots, des soins et de la vie en générale.
Angèle nous explique tout, ses joies, ses peines, ses petites victoires et ses désarrois.

Avec elle nous allons découvrir ou redécouvrir la vie …
Une belle histoire d’humanité, mais surtout d’amour et de combativité.

Merci Isabelle pour cette belle découverte !


2 commentaires:

  1. ça n'arrive pas qu'aux autres... c'est un livre à mettre entre les mains des hypocondriaques !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne jamais perdre espoir, c'est la phrase phare de ce livre ...

      Supprimer