15 mai 2016

"Le jour où j'ai appris à vivre" de Laurent GOUNELLE



Un livre coup de cœur sans hésitation !

Résumé (quatrième de couverture) :

Imaginez : vous vous baladez sur les quais de San Francisco un dimanche, quand soudain une bohémienne vous saisit la main pour y lire votre avenir. Amusé, vous vous laissez faire, mais dans l'instant son regard se fige, elle devient livide. Ce qu'elle va finalement vous dire, vous auriez préféré ne pas l'entendre. À partir de là, rien ne sera plus comme avant, et il vous sera impossible de rester sur les rails de la routine habituelle.
C'est ce qui va arriver à Jonathan. À la suite de cette rencontre troublante, il va se retrouver embarqué dans une aventure de découverte de soi ponctuée d'expériences qui vont changer radicalement sa vision de sa vie, de la vie...

Citations :

« Tout est possible, […] les seules limites sont celles que l’on se donne. »

« De toutes les luttes quotidiennes, celle contre les nombreux désirs que l’on fait naître en nous à longueur de journée n’est-elle pas la pire ? »

« Au royaume des crétins, ceux qui parlent le langage des cons sont rois. […] D’ailleurs, en politique, c’est pareil : sont élus ceux qui disent aux gens les conneries qu’ils ont envie d’entendre. Plus c’est stupide, plus ça marche. »

« Avoir l’esprit affairé est un bon moyen pour éviter de penser à ses problèmes. […] A défaut d’être heureux, il était occupé. »

« L’existence est un mouvement perpétuel, tout change à chaque instant, et la résistance à ce changement ne peut mener qu’au malheur. »

« Si chacun de nous était conscient de l’immense valeur qui est la sienne, c’est toute la face du monde qui serait changée. »

« On ne réalise la valeur de la vie que lorsqu’elle est menacée. »

« A garder toujours la tête dans le guidon, on devient stupide. »

« La plupart de ses ennuis étaient la conséquence de sa vision du monde, pas la cause … »

« Avec la vitesse, on perd en émotion ce que l’on gagne en sensation. »

« Nous sommes des êtres complets et la nature nous amène à le ressentir profondément, alors que la société crée en nous le manque. Elle sait nous faire croire et nous faire ressentir qu’il nous manque quelque chose pour être heureux. Elle nous interdit d’être satisfaits de ce que nous avons, de ce que nous sommes. Elle ne cesse de nous faire croire que nous sommes incomplets. »

« Quand on fait la guerre contre soi-même, une chose est sûre : l’un de nous va perdre. »

« On en arrive même parfois à ne plus vraiment savoir ce que l’on veut faire de notre vie. Et en plus, au quotidien, on a tendance à se perdre en voulant correspondre à des normes qui ne sont pas les nôtres, des normes imposées par la société. »

« Ce que l’on déteste chez les autres est parfois ce que l’on accepte pas en soi. »

« Les expressions populaires sont moquées par les intellectuels. Eh bien, ils ont tort ! Le peuple est souvent plus sage que ses élites qui se croient au-dessus de tout le monde. »

Quelques mots sur l’auteur :

Laurent Gounelle, écrivain philosophe est né en 1966 en France.
Il est spécialisé dans les sciences humaines. Ses livres expriment sa passion pour la philosophie, la psychologie et le développement personnel. [Source_Editeur]

Maintenant, place au livre !

Ce qui m’attire chez cet auteur c’est sa psychologie, sa philosophie et le développement qu’acquièrent ses personnages au cours de ses romans.
Laurent Gounelle sait toucher (chez certaines personnes bien sûr) la corde « sensible » de la valeur humaine et de ses principes.

Je suis intimement convaincu que nous ne cherchons pas, toujours ou pas tous, notre bonheur ou nos valeurs ou encore nos principes là où nous devrions les trouver, mais nous nous laissons embarquer par notre société de consommation éphémère.
C’est pour cela que j’aime bien lire cet auteur, parce qu’il fait très souvent écho en moi et à mes principes de vie.

Encore une fois, Laurent Gounelle nous embarque dans une introspection de soi à travers l’histoire de ses personnages et des cas bien concrets.

Ce livre, comme les autres ouvrages de cet auteur, est un roman tourné sur la psychologie, la philosophie et le développement de soi. Laurent Gounelle sait parfaitement manier ces trois fils d’Ariane dans une histoire où bonheur, limites de soi et bien-être sont les points finaux d’un long chemin parcouru par les personnages de ce livre.

L’histoire se déroule à San Francisco et Monterey dans les années 2012/2014.
Jonathan est un des patrons d’un cabinet d’assurances qui fonce dans son travail pour essayer de surpasser son associé et « idole » Michael dans les objectifs. Il s’est depuis peu (deux mois) séparé d’avec sa femme et associée Angela avec qui il a une petite fille de sept ans, Chloé.
Tout se passe bien sauf les rendez-vous rituels le matin dans un café avec ses deux associés où il croise Angela et ses réflexions acerbes.

Un weekend où il n’a pas Chloé, il décide d’aller se promener sur la jetée de San Francisco. Au fil de sa ballade, il croise une bohémienne qui saisit sa main et en lit les lignes. Son regard se fige, elle devient livide et lui annonce qu’il va mourir ! Avant qu’il ait le temps de réagir, la bohémienne s’est échappée.

A partir de là, sa conscience ne va plus le quitter … Il décide de rejoindre sa tante Margie à Monterey. Cette femme est pleine de sagesse, malicieuse, espiègle et fascinante. Elle va lui apprendre pleins de choses qu’il n’avait pas conscience et il fera de belles découvertes.

Les autres personnages, parce qu’ils sont également importants dans ce livre :

Nous retrouvons Angela, l’ex compagne de Jonathan qui lui en veut vraiment de l’avoir trompé avec une baby-sitter ! Elle va également faire par elle-même des découvertes sans précédent, de par sa vie quotidienne et ses amies.

On fait la rencontre d’un boulanger-pâtissier nommé Gary à qui la vie n’a jamais fait de cadeau et qui de ce fait est devenu aigri. Jonathan va le mener à faire une belle introspection, se redécouvrir et changer sa manière de voir les choses.

Ryan, un petit con qui s’applique à espionner les autres depuis sa chambre, à filmer, enregistrer et poster sur un blog les moindre faits et gestes de ceux qu’il appelle les « cons ». Pour lui, l’histoire va se retourner contre lui ! Le pauvre …

Enfin, nous suivrons les progrès tant physiques qu’intellectuels d’un joueur de tennis, Austin Fisher, qui est entrainé dans le vœu de la victoire du Grand Chelem.

Et puis, et puis l’associé de Jonathan et Angela qui manipule le monde qui l’entoure aura quelques surprises ! Bonnes ou mauvaises !

Conclusion :

C’est un livre coup de cœur sans hésitation !
Il est beau, il est grand, il est ouvert, il est possible …
Il nous emmène dans une possibilité que nous croyons souvent ne jamais pouvoir atteindre, nous petites gens du peuple. Il a les mots qui font échos en nous, il est attractif et sensationnel.
Laurent Gounelle nous emporte avec lui dans son sillage et ses passions …
Une magnifique découverte, que je n’oublierai pas de sitôt !

2 commentaires:

  1. oh combien j'ai aimé ce livre ! on a l'impression que ça pourrait être nous dans l'histoire, pour moi, le meilleur de Gounelle

    RépondreSupprimer