27 janv. 2017

" E = MC², Mon amour" - Patrick CAUVIN

Doux rêve de jeunesse, une vie que chaque pré-ado souhaiterait vivre …

Année de parution : 1977
Nombre de pages : 221
ISBN : 2-253-03119-4
Editions : Le livre de poche

Résumé (quatrième de couverture) :

" Lui un peu voyou, elle un peu bêcheuse, ces deux bambins qui totalisent moins de vingt-trois printemps vont se rencontrer, se flairer, se reconnaître et vivre dans l'incompréhension générale ce qu'il est légitime d'appeler un grand amour. 
J'aime dans le roman de Patrick Cauvin - outre toutes les qualités de fraîcheur, de légèreté, d'invention qu'il faut pour faire l'enfant sans faire la bête - j'aime ce qu'il dit sans avoir l'air d'y toucher et qui va beaucoup plus loin que son joli récit. " - François Nourissier

Citation :

« C’était bien qu’on soit là tous les deux ; nous vivions les mêmes heures, dans les mêmes lieux, et cela suffisait pour me rendre content. »

Quelques mots sur l’auteur :

Patrick Cauvin, pseudonyme de Claude Klotz, né le 6 octobre 1932 à Marseille et mort le 13 août 2010 à Paris, est un scénariste et romancier français. Il monte à Paris en 1938 et amorce des études peu fructueuses, jusqu'à ce qu'il découvre la philosophie.
De 1951 à 1954, Claude Klotz poursuit ses études à la Sorbonne, où il obtient une licence de philosophie. À son retour de la Guerre d'Algérie, il se destine à l'enseignement. De 1964 à 1976, il enseigne le français dans des lycées de la région parisienne (au lycée technique de Bezons) et réside dans des H.L.M. à Sarcelles.

En 1973, il aide Joseph Joffo à écrire le best-seller Un sac de billes. Marqué par la guerre d'Algérie, il écrit des romans noirs sous son vrai nom : une série de treize intrigues policières sanglantes au héros récurrent baptisé Reiner, puis renommé Raner. Lassé de cet univers âpre, Claude Klotz apporte en 1974 une histoire d’amour à son éditeur Jean-Claude Lattès. Ce dernier lui demande de changer de nom s’il espère vendre son roman L’Amour aveugle. Il prend alors le pseudonyme de Patrick Cauvin : « J’étais loin d’imaginer que Cauvin battrait Klotz, qu’il vendrait plus de livres, et que cette double identité […] continuerait à désarçonner les gens. » [Source_Babelio]

Maintenant, place au livre !

Daniel, passionné de cinéma, un peu voyou sur les bords, normal quand on habite la banlieue de Paris. Lauren, passionnée de littérature, un peu distinguée.

Tous deux onze ans, surdoués et ne comprenant pas pourquoi la vie est monotone à leur âge … En effet, aucun autre gamin de leur âge ne les intéresse vraiment !

Lorsque un jour, ils se rencontrent…
Et là, génial, ils se comprennent, ils s’apprennent, ils se découvrent, ils s’aiment …

Chacun va venir enrichir l’autre de sa vision, de son monde, de sa nature.
A onze ans, quand on est surdoué, on rêve en grand, en très grand !

L’avis des parents compte peu ! Ils s’en fichent pas mal, ils ont plus de jugeote qu’eux !

Ce qui est intéressant c’est les thèmes abordés dans ce livre !
En effet, on rencontre deux personnes diamétralement opposés, surdoués de surcroît et jeunes.
On rencontre également les relations parents enfants à onze ans … Finalement pas si différentes que ça entre gamins surdoués ou non. Puis les rêves de gosses … et bien sûr l’amour avec un grand A.
Ce livre est un énorme paradoxe entre l’intelligence et la passion ! Rien que dans le titre « e=mc², mon Amour »… il y a de quoi philosopher !

Une forme atypique de narration pour ce livre. En effet, l’auteur a décidé de faire parler un chapitre sur deux, une fois Lauren, une fois Daniel. Le résultat n’est pas mal du tout. On met quand même quatre chapitres à comprendre le rythme et ensuite boum, tout est calé. Original et efficace.

Moi j’ai bien aimé, c’est sympa, c’est attachant et touchant !
C’est un livre qui se lit à tout âge !

Je vous le recommande et je le recommande aux jeunes qui ont du mal à se plonger dans un livre ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire