Rechercher dans ce blog

23 juil. 2019

« Les annales du disque-monde, tome 1 : la huitième couleur » - Terry PRATCHETT

 
Un monde imaginaire et une histoire drôle et prenante… Pas mal ? Oui !


Année de parution : 1983, réédition en 2014
Nombre de pages : 252
ISBN : 978-2-84172-689-9
Editions : L’ATALANTE

Résumé (quatrième de couverture) :

« Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde se balade à dos de quatre éléphants, eux-mêmes juchés sur la carapace de la Grande Tortue. Oui, c'est le Disque-monde. Les habitants de la cité d'Ankh-Morpork croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l'air tellement inoffensif, bonhomme chétif, fidèlement escorté par un Bagage de bois magique déambulant sur une myriade de petites jambes. Tellement inoffensif que le Praticien avait chargé le calamiteux mage Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la Guilde des Voleurs et celle des Assassins ; mission périlleuse qui devait les conduire loin : dans une caverne de dragons ; peut-être jusqu'au Bord du Disque. Car Deuxfleurs était d'une espèce plus redoutable qu'on ne l'imaginait : c'était un touriste. À la lumière de l'octarine, la huitième couleur, découvrez l'univers fantastique et cocasse de Terry Pratchett. »

Quelques mots sur l’auteur :

Le plus grand humoriste anglais depuis P.G. Wodehouse est un auteur de fantasy : est-ce l’effet du hasard ? Terry Pratchett est né en 1948 dans le Buckinghamshire ; nous n’en savons pas davantage sur ses origines, ses études ou sa vie amoureuse. Son hobby, prétend-il, c’est la culture des plantes carnivores. Que dire encore de son programme politique ? Il s’engage sur un point crucial : augmentons, dit-il, le nombre des orangs-outans à la surface du globe, et les grands équilibres seront restaurés. Voilà un écrivain qui donnera du fil à retordre à ses biographes !
Sa vocation fut précoce : il publia sa première nouvelle en 1963 et son premier roman en 1971. D’emblée, il s’affirma comme un grand parodiste : La Face obscure du soleil (1976) tourne en dérision L’Univers connu de Larry Niven ; Strata (1981) ridiculise une fois de plus la hard S.-F. en partant de l’idée que la Terre est effectivement plate.
Mais le grand tournant est pris en 1983. Pratchett publia alors le premier roman de la série du Disque-Monde, brillant pastiche héroï-comique de Tolkien et de ses imitateurs. 
Traduites dans plus de trente langues, Les Annales du Disque-Monde ont également donné lieu à nombre de produits dérivés ainsi qu’à des adaptations télévisées. [Source_Amazon]

Maintenant, place au livre !

Un monde imaginaire et une histoire drôle et prenante… Pas mal ? Oui !

Mon Cher Lecteur, Ma Chère Lectrice, imaginez un peu : une tortue gigantesque qui navigue dans l’univers. Sur laquelle sont posés quatre éléphants… eux-mêmes supportent une terre, plate !
Des Dieux qui jouent aux dés et qui « décident » de l’avenir de leurs pions…

Des pions particuliers tel qu’un mage pas vraiment mage, parce qu’il a laissé entrer dans sa tête une formule d’un ancien monde qui empêche les autres d’être retenu en mémoire…
Un touriste d’un autre continent un peu naïf et une malle avec des jambes !!!

C’est quoi cette histoire de dingue ? Eh bien, elle est non seulement dingue et hyper intéressante ! Je remercie d’ailleurs Pierre de la librairie libellule qui me l’a tellement bien vendu que je n’ai pas pu repartir sans ! Et qu’est-ce que j’ai eu raison de l’écouter !

Plongeons un petit poil dans l’histoire… Notre mage s’appelle Rincevent, notre touriste de la pire espèce Deuxfleurs et notre malle de bois magique qui marche toute seule et qui mord ou avale les gens indélicats : Bagage 😉
Eh ben dis donc, on n’est pas sorti des ronces avec tout ça ! Le Praticien confie la simple et humble tâche de protéger Deuxfleurs, des guildes assassins, voleurs, j’en passe et des meilleurs à Rincevent ! Mais ce charlatan patenté ne voit que la fuite du bûché et la mine d’or qui peut lui couler sur le dos, enfin dans ses poches…

Enfin bon, notre jeune (enfin je l’imagine à peu près hein) Deuxfleurs, habitant de l’Empire agathéen (du continent Contrepoids) est venu tout droit à Ankh-Morpork pour en prendre pleins les mirettes. Il veut des clichés réalisés à l’aide d’une petite boite contenant un petit diablotin qui papote et peint toute la sainte journée. (Ses commentaires me régalent !) Eh bien oui, il veut voir du pays, des héros et des bagarres ! Des auberges malfamées, des corps transpercés, des animaux, etc. Il est là pour voir du pays et il va en voir !
Ouch, en plus de ça, on a l’Empereur agathéen qui ne veut pas que quiconque touche un seul cheveu de Deuxfleurs et le Vizir qui veut le zigouiller avec une prime bien sûr à celui qui le tuera !

Et encore au-dessus de tout ça (oui, ça commence à faire beaucoup) on a une troupaille de Dieux qui jouent à « Murphy’s World » ! Et ne restent en lice que le Destin et la chance !
Mais quel merlier ! Voui voui voui ! Imaginez un peu que nos trois tripaillons sont obligés de naviguer à vue dans les différentes contrées, braver les potentiels dangers et rester vivant ! Mince alors !

Alors vous trouverez parfois des éléments posés çà et là sans trop comprendre… Mais si vous faites marcher votre imagination un monde magique et Woaw ! Décadent et loufoque à souhait se dessinera ! Les personnages sont drôles, attachants et touchants.
Terry Pratchett nous embarque dans un décor fantasy, fantastique avec des clichés en veux-tu en voilà ! Il nous glisse (un peu n’importe comment oui, c’est vrai) le décor. Il nous embarque dans des situations loufoques et épiques ! Des clins d’œil à droite, à gauche, pour se moquer ou dénoncer le monde du fantasy… Moi, je me suis régalée !
Et pourtant, il paraît que c’est le moins bon de tous !!!! Il y en a trente-cinq ! Alors je crois bien que je vais adopter cette saga !

On parle de la huitième couleur… Cette couleur que j’imagine belle, douce et fluctuante, violette et verte… Est la couleur de la magie, de l’imagination, de l’irréel…

Mon Cher Lecteur, Ma Chère Lectrice, adepte ou non de la fantasy, je vous recommande ce livre « Annales du disque-monde, tome 1 : la huitième couleur ». Parce que Terry Pratchett est un monument ! Parce que cette histoire est loufoque à souhait. Parce que ce premier tome annonce une sacrée saga… Bref, foncez 😜

Je suis bien curieuse de votre retour alors si vous passez dans le coin et que vous l’avez lu ou juste me dire si je vous ai donné envie, n’hésitez pas à commenter 😊


Aucun commentaire:

Publier un commentaire