14 nov. 2016

"Garden of love" - Marcus MALTE

Un roman type policier complètement déjanté !

Année de parution : 2008
Nombre de pages : 318
ISBN : 978-2-84304-389-5
Editions : Zulma

Résumé (quatrième de couverture) :

Troublant, diabolique même, ce manuscrit qu'Alexandre Astrid reçoit par la poste. Le titre : Garden of love. L'auteur : anonyme. Une provocation pour ce flic sur la touche, à la dérive, mais pas idiot pour autant. Loin de là. Il comprend vite qu'il s'agit de sa propre vie. Dévoyée. Dévoilée. Détruite. Voilà soudain Astrid renvoyé à ses plus douloureux et violents vertiges. Car l'auteur du texte brouille les pistes. Avec tant de perversion que s'ouvre un subtil jeu de manipulations, de peurs et de pleurs. Comme dans un impitoyable palais des glaces où s'affronteraient passé et présent, raison et folie, Garden of love est un roman palpitant, virtuose, peuplé de voix intimes qui susurrent à l'oreille confidences et mensonges, tentations et remords. Et tendent un redoutable piège. Avec un fier aplomb.

Citations :

« Ma conclusion est que le mal-être finit par devenir une sorte de seconde nature. On y tient, on s’y vautre. Et l’auto-complaisance est une des meilleures nourritures que je connaisse pour l’alimenter. »

« Là il m’a appris à écouter vraiment, à entendre le chant de la mer et tout ce qu’il contient, la mémoire, l’histoire des hommes, leurs souffrances et leurs espérances, les désastres et les victoires du passé. […] J’ai pris. J’ai tout gobé, absorbé, et recyclé à mon usage. »

Quelques mots sur l’auteure :

Né dans le Var en 1967. Après un bac littéraire, Marcus Malte (Marc Martiniani) passe un CAP de projectionniste et obtient une Licence d'études cinématographiques. Puis il devient musicien de rock, de jazz et de variétés dans les bals de village et projectionniste pour la Fédération des Œuvres Laïques - Ciné 83 avant de se consacrer finalement à la littérature.
Lorsqu’il n’écrit pas pour les enfants ou les adolescents, Marcus Malte cultive, dans ses œuvres, un univers tourmenté et mystérieux, porté par une maîtrise singulière de l’art du récit. [Source Babelio]

Maintenant, place au livre !

Ce livre est un OVNI ! (Œuvre Visuelle Non Identifiée !)
Une force stylistique incroyable, écheveau d’esprits, chacun malade à sa manière.

Une belle œuvre dans le message, dans la manière et dans le style.
Farfelue, déjantée et pleine de réalisme…

L’œuvre est toute azimute : une prostituée qui se donne à corps perdu pour ses clients, un homme Matthieu qui revoit un vieil ami Ariel, la femme de Matthieu : Florence qui ne veut surtout pas revoir ou entendre parler d’Ariel… Alexandre flic, Léna sa femme, etc.

Alexandre Astrid, flic mis au placard ! L’histoire se passe de nos jours …
Celui-ci reçoit un beau jour un manuscrit où l’auteur est anonyme, mais pas pour longtemps ! Alex charge une arme et fonce à Saintes-sur-Mer. Il va reprendre l’enquête.
Pourquoi ? Pas pour l’honneur, il l’a paumé en route ! Pas pour le salut de son âme, elle a quitté le navire… juste pour savoir, savoir la vérité !

Arrivé à Saintes, il découvre un cadavre, vraisemblablement l’auteur du manuscrit … Il n’aura pas laissé la chance à Alex de le tuer lui-même… Edouard Dayms. Un gars qu’Alexandre a cherché longtemps, un gars qu’il voulait tuer lui-même… Mais il s’est tué avant qu’Alex en ait ce plaisir !

Alors le vieux flic replonge dans le manuscrit pour démêler les nœuds. Pour comprendre les mots, les esprits de toutes ses personnes, de tous ces noms, de sa vie et de celles des autres …

Il faut savoir qu’Alex a plongé dans les enfers lorsqu’il a perdu sa femme, ses fils Etienne, Mattéo et Nathan dans un accident de voiture.

C’est l’histoire schizophrénique d’Edouard Dayms et d’Alex Astrid qui nous emporte dans une enquête à la manière d’un roman policier, bien ficelé et avec des messages d’espoir…

L’espoir de l’amour, l’espoir d’un bonheur, l’espoir de s’ouvrir…

Je ne connaissais pas cet auteur, je remercie Tina de m’y avoir fait goûter !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire