25 nov. 2016

"La liseuse" - Yvonne ROBERT

Un roman attachant dans la quête d’identité … sujet trop souvent évincé mais qui malheureusement est très présent à notre époque.

Année de parution : 2015
Nombre de pages : 339
ISBN : 978-2-35208-2064
Editions : Les éditions du bord du Lot

Résumé (quatrième de couverture) :

Ninon, veuve et grand-mère encore jeune, est biographe dans une maison d’édition.
Un jour, un vieux monsieur fait appel à leurs services pour la rédaction de sa biographie. Son récit en forme d’aveux va bouleverser Ninon qui se sent concernée.
Qu’a-t-il bien pu divulguer pour l’affecter aussi douloureusement ? Malheureusement il décède avant d’avoir tout dévoilé et de nombreuses questions restent posées. Elle ne peut en rester là. Elle doit savoir. Elle doit comprendre … Il lui semble évident que sa naissance et la vie de sa famille sont impliquées.
D’Agen où elle réside, c’est dans le petit village du Mas-d’Agenais que vont l’amener ses investigations pour lesquelles elle va bouleverser ses habitudes de vie. Dans son esprit tourmenté elle espère faire entrer la lumière à travers les souvenirs d’une attachante vieille dame. Trouvera-t-elle des réponses ? De l’affection ? Et, pourquoi pas, de l’amour ?

Citations :

« Vous semblez savoir écouter sans interrompre à tout moment pour essayer de placer vos commentaires. C’est une sale manie que je déplore chez les gens qui ne prennent pas la peine d’attendre que vous terminiez votre exposé pour intervenir. »

« Rien n’est plus beau qu’un visage rendu transparent par toute une vie de peines et de joies, de combats et de paix intérieur. – Frère Roger – »

Quelques mots sur l’auteure :

Née en 1949 à Oran (Algérie). C’est dans l’univers du meuble et de sa fabrication, la « Compagnie du sud », société créée par son frère en région PACA, qu’elle a passé la plus grande partie de sa vie active. Aujourd’hui, retirée dans un lieu merveilleusement plus reposant (le Lot-et-Garonne) elle peut enfin se consacrer à ses petits-enfants et à l’écriture.

Maintenant, place au livre !

Mon avis et mon ressenti …

Savez-vous ce qu’est une liseuse ? Oui, me direz-vous, c’est une sorte de livre numérique !
Mais pas tout à fait ! Il est également appelé liseuse un petit haut à manche longue, tricoté ou crocheté qui se porte sur le haut du corps pour pouvoir lire, le soir venu, sans avoir froid aux épaules et aux bras.

Dans un style d’écriture assez moderne, où une femme d’une cinquantaine d’années s’exprime dans une sorte de recherche d’identité, Yvonne Robert nous emmène avec elle dans l’univers de Ninon et d’Arlette.
Cette histoire se passe entièrement dans le département du Lot-et-Garonne et plus précisément dans le Tonneinquais en 2009.

Ce sont deux histoires qui se rejoignent au bout de la route, que Ninon trace dans ces lignes.

Ninon et Arlette sont nos deux personnages principaux dans ce livre… Adjoint à c’est deux femmes incroyables, Jacques.

On replace les choses dans leur contexte :
Ninon est biographe dans une maison d’édition à Agen, veuve, deux enfants mariés et deux petites filles. A la suite d’une confession recueillie par sa patronne et amie Brigitte, elle décide de partir pour le village du Mas-d’Agenais. Sa fille inquiète a droit à une explication désuète : « Je veux regarder le maïs pousser ! ». J’avoue que cette Ninon a un humour un peu décalé que j’affectionne.

Arrivée au Mas, Ninon qui a eue tout le mal du monde à obtenir l’accord de ses propriétaires pour emménager dans sa location, se lie d’amitié avec Arlette, sa voisine de quatre-vingt ans.
Cette voisine va tomber sous le charme de Ninon et lui raconter son histoire.

Nous allons à travers les pages de ce livre plonger dans l’histoire d’Arlette, celle de Ninon et nous découvrons ou redécouvrons avec grand plaisir le paysage, les parcelles d’histoire et les activités du Mas-d’Agenais et de ses alentours.

C’est une histoire pleine de charme dans une quête de réponses à des questions personnelles, d’identité, de découverte et de remise en question de soi-même.
Les personnages sont charmants, attachants et également touchants.

Les grands thèmes que nous pouvons dégager de ce livre à mon sens sont :
-          Une femme de la ville qui découvre la campagne sur le tard et qui apprécie à sa juste valeur tous les bienfaits de celle-ci. (Page 102 où Ninon dit qu’à la campagne on découvre de « petites fermes » avec de bons produits qui redonne envie de faire la cuisine et de bien manger, par exemple).
-          Ecrire une autobiographie, un journal intime ou encore faire écrire une biographie permet non seulement de laisser une trace de son passage sur terre, mais aussi de chasser ses démons.
Pour ma part et à la lecture de ce livre, le fait d’écrire des biographies permet de conjurer le dicton Africain qui dit « Une personne qui meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ». On en trouve un bel exemple page 114, chez la petite vieille de Tonneins, qui a un petit-fils qui tient à ce que sa grand-mère couche sur papier, sa vie qu’il trouve passionnante.
-          Il est bon de pouvoir enquêter sur un mystère, qui garde un côté fascinant tant que personne d’autre que soi évolue jusqu’au levé mystère. (page 100 – 101)
-          Il y a également le thème de la jalousie ou autre sentiment d’opposition en amour fraternel entre Arlette et sa sœur Josette, mais également Dominique et Brigitte.
-          Le lâché prise d’une femme veuve à ouvrir son cœur à un nouvel homme qui n’est pas son mari.

Un des problèmes soulevés dans ce livre est également la recherche d’identité d’un enfant né sous X ou d’un enfant qui a été sorti de sa famille biologique et qui a été élevé par d’autres personnes.
Les bébés X ont besoin de connaître leurs origines pour trouver leur identité.
Je pense que le thème principal de ce roman c’est celui-ci.

En tout cas, c’est une belle histoire que nous raconte Yvonne ROBERT, à travers l’histoire d’Arlette et celle de Ninon, pleine d’émotions et de sentiments, de questions et de réponses.

Je vous invite à vous plonger à travers ses pages qui vous toucheront sans doute…

Qui est Yvonne ROBERT, sa relation avec ce livre et nos échanges

Yvonne Robert est une personne charmante, avec beaucoup d’auto dérision, souriante et elle nous parle de son œuvre au naturel. Elle habite au Mas-d’Agenais qu’elle a rejoint pour sa retraite, afin de profiter de sa famille…
Et c’est à ce moment-là qu’elle commence vraiment à écrire pour créer un roman… puis deux ! Va-t-elle continuer ?
« La liseuse » est son premier roman. L’écriture de celui-ci est arrivée en discutant avec ses voisines ! Elle les a imaginés racontant leur jeunesse, leur vie.
Ce livre est une fiction. Son héroïne à la base était Arlette. Puis elle a souhaité ajouter une intrigue dans son livre puis Ninon est devenue le personnage principal.
Quand on lui demande combien de temps lui a pris cette écriture ? Elle nous répondu tout naturellement qu’elle ne peut pas nous répondre ! Et pour cause : c’est sa première histoire, elle l’a écriture par morceau, l’a laissé, puis reprise un certain nombre de fois.
La partie de boule décrite dans le livre avec Jacques et Ninon a une histoire bien à elle !
Yvonne nous raconte avec ferveur cette anecdote ! Oui c’est une anecdote !
Elle était partit pour décrire un concours de boule tout simple puis elle s’est dit « Attends, ceux qui jouent aux boules, c’est toute une institution ! ». Alors elle s’est mise à la place des organisateurs de concours puis pour être sûr d’elle, elle a cherché les règles, le tableau, etc.
Quand elle a eu terminé d’écrire cette fameuse partie de boules, elle faisait huit pages ! A ce moment-là, elle s’est dit « non, c’est complètement hors sujet ! ». Alors je peux vous assurer que c’est une des parties du livre qui a été le plus appréciée car on suit avec avidité cette fameuse partie de boules !

Ses œuvres :
-          « La liseuse »
-          « Si seulement on avait pris l’autoroute »
Toutes sont éditées et en vente aux éditions du bord du Lot.
Tous les échanges ont été fructueux littérairement et culturellement parlant, je pense.
Les autres moments de discussion sont des moments personnels que chacun gardera en mémoire.

Nous remercions très gentiment Yvonne ROBERT pour avoir accepté de venir à notre apéro littéraire, nous la remercions également pour sa gentillesse, pour sa simplicité et pour ses échanges. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire