2 nov. 2016

"Le jeu de l'ange" - Carlos Ruiz ZAFÒN

Époustouflant !


Année de parution : 2009
Nombre de pages : 537
ISBN : 978-2-221-11169-7
Editions : Robert Laffont

Résumé (quatrième de couverture) :

Dans la turbulente Barcelone des années 1920, David, un jeune écrivain hanté par un amour impossible, reçoit l’offre inespérée d’un mystérieux éditeur : écrire un livre comme il n’en a jamais existé, « une histoire pour laquelle les hommes seraient capables de vivre et de mourir, de tuer et d’être tués », en échange d’une fortune et, peut-être, de beaucoup plus.

Mais du jour où il accepte ce contrat, une étrange mécanique de destruction se met en place autour de lui, menaçant les êtres qu’il aime le plus au monde. En monnayant son talent d’écrivain, David aurait-il vendu son âme au diable ?

Pour reprendre sa liberté et sauver la femme qu’il aime, David puise ses forces dans la Barcelone envoûtante du Cimetière des livres oubliés, où se côtoient des êtres abandonnés de l’humanité mais aussi des personnages attachants, uniques, puissants, à l’image de ceux qui ont fait de L’ombre du vent un immense succès international.

Citations :

« Une religion, c’est avant tout un code moral qui s’exprime au travers de légendes, de mythes ou de tout autre genre de procédés littéraires, afin d’établir un système de croyances, de valeurs et de normes qui régissent une culture ou une société. »

« Après avoir survécu à des milliers de pages sur le sujet, l’idée commençait à naître en moi que les centaines de croyances religieuses répertoriées depuis l’invention de l’imprimerie se révélaient incroyablement similaires. »

« Les bonnes paroles sont des cadeaux gratuits qui n’exigent pas de sacrifices et font plus plaisir que les vrais. »

Quelques mots sur l’auteur :
Ecrivain catalan, Carlos Ruiz Zafòn est né en 1964. L’ombre du vent, son précédent roman, a reçu le prix Planeta, le Prix du meilleur livre étranger – roman 2004, et a été sélectionné pour le Femina étranger. Il s’est vendu à dix millions d’exemplaires dans le monde. [Source éditeur]

Maintenant, place au livre !

Nous nous retrouvons dans la Barcelone des années 1920. David nous raconte son histoire depuis sa plus tendre enfance.
C’est un jeune homme qui vit seul avec son père revenu de la guerre des Philippines et qui est abimé par la vie. La mère de David est partit et a laissé le père et le fils seuls.

Le père travaillait comme veilleur de nuit pour un journal un peu miteux de la Barcelone de cette époque. Alors assassiné par trois fantassins, David se retrouve seul et se réfugie dans la rédaction du journal.
Don Pedro Vidal va le recueillir et en faire son secrétaire.

David va devenir un écrivain…
D’abord pour une maison d’édition basée sur l’escroquerie puis il va passer un pacte avec Andreas Corelli, un homme sans âge qui lui promet monts-et-merveilles …

Nous entrons dans la Barcelone que nous avons connu par le premier roman et nous retrouvons quelques personnes connues comme Barcelo, le mythique libraire et collectionneur de livres particuliers, les Sempere et fils mais une génération avant, Isabella la mère de Daniel Sempere dans le premier tome.

Nous découvrons avec joie ce petit bout de femme au caractère bien affirmé !

Une histoire de fou qui entoure David et qui va envahir toute sa vie et son entourage… S’en sortira-t-il ? A vous de lire ces pages …

Je me suis accroché à ce livre autant que le premier de la trilogie… Carlos Ruiz Zafòn sait manier les mots, les personnages et les rythmes pour tenir son lecteur en haleine.

Pas mal de thèmes sont abordés dans ce livre, dont la religion quelle qu’elle soit, l’amitié, l’amour, le renoncement, la recherche de soi, la confiance, l’argent, la schizophrénie, etc.

Un super cocktail qui anime plus de cinq cents pages pour notre plus grand bonheur.


Je vous en souhaite une très bonne lecture et n’oubliez pas de nous dire ce que vous en avez pensé !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire