7 sept. 2016

"Eternalis" - Raymond KHOURY


Résumé (quatrième de couverture) :

Bagdad, 2003. L'armée américaine fait une découverte macabre : un laboratoire souterrain dans lequel sont entassés les cadavres de dizaines d'individus ayant visiblement servi de cobayes pour de terribles expériences. L'auteur de ces supplices, surnommé le " Hakim " – le docteur, en arabe –, parvient à s'enfuir. Seul indice: sur le mur d'une des cellules de torture a été tracé un ouroboros, le serpent qui se mord la queue, symbole d'éternité. Beyrouth, 2006. Mia, généticienne en mission au Liban, assiste en pleine rue à l'enlèvement de sa mère, Evelyn. Cette dernière, archéologue passionnée, négociait l'achat d'un livre rare, un codex orné d'un ouroboros, qu'elle tenait absolument à se procurer. Prête à tout pour retrouver sa mère, Mia fait équipe avec Jim Corben, un agent de la CIA qui établit un lien entre le codex et les crimes perpétrés en Irak trois ans auparavant. Pour sauver Evelyn, Jim et Mia se lancent dans une véritable course contre la montre à travers tout le Moyen-Orient. De Beyrouth à Bagdad en passant par la Turquie, ils tentent de comprendre ce que recèle ce codex, que des alchimistes se transmettent depuis des siècles au péril de leur vie. Cartésienne, Mia refuse d'accorder du crédit aux pistes ésotériques. Mais de surprenantes révélations l'attendent, certaines intimement liées au mystère de ses propres origines...

Maintenant, place au livre !

Mouais ...
Ce n'est pas le meilleur de Raymond Khoury ...

Il remplit tout de même son rôle de passer un moment agréable.
On retrouve un thème assez répandu : un document mystique, venant du fin fond des siècles, contenant un profond message susceptible de chambouler le monde.
Beaucoup sont à la quête de cet ouvrage. Une fois de plus, une personne se retrouve entraînée dans cette histoire bien malgré elle mais en devient l'héroïne. L'un des intérêts se situe dans le lieu de l'action : nous sommes entraînés au Liban ce qui apporte un intérêt certain au roman.

Dites-nous ce que vous en avez pensé ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire