8 sept. 2016

"Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi" - Katherine PANCOL


Résumé (quatrième de couverture) :

Souvent la vie s'amuse. Elle nous offre un diamant, caché sous un ticket de métro ou le tombé d'un rideau. Embusqué dans un mot, un regard, un sourire un peu nigaud. Il faut faire attention aux détails. Ils sèment notre vie de petits cailloux et nous guident. Les gens brutaux, les gens pressés ignorent les détails. Ils veulent du lourd, du clinquant, ils ne veulent pas perdre une minute à se baisser pour un sou, une paille, la main d'un homme tremblant. Mais si on se penche, si on arrête le temps, on découvre des diamants dans une main tendue... Et la vie n'est plus jamais triste. Ni le samedi, ni le dimanche, ni le lundi ...

Maintenant, place au livre !

Un peu décevant ...

Je ne pouvais pas passer à coté de ce dernier épisode de sa "trilogie animalière". Après "Les yeux jaunes des crocodiles" et "La valse lente des tortues", la suite des mésaventures de "Joséphine et compagnie".
Joséphine parviendra t-elle à surmonter ces traumatismes? Hortense finira t-elle avec Gary? et que deviendra t-il d'Henriette "le cure-dent"?
Toutes les réponses se trouvent dans ce volet final, réussit à mon sens qui met en avant Gary et Hortense.
Outre les réponses aux nombreuses questions des fans, Katherine Pancol nous offre pour notre plus grand plaisir un portrait inattendu de Cary Grant, ce qui rehausse ce volet final qui ravira les plus romantiques.

Les cent premières pages sont un peu longues mais après on se laisse happer par l'histoire et l'on retrouve avec plaisir Joséphine, Shirley, Gary, Zoé, Hortense et tous les autres.
Parfois j'ai trouvé que l'auteure donnait trop de détails sur les tomes précédents et je suis sûr qu'un lecteur qui n'a pas lu ni le un ni le deux pourrait s'y retrouver. Malgré ça, j'ai bien aimé quand même, cependant, je m'attendais à autre chose ... 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire