7 sept. 2016

"Le procès de la momie" - Christian JACQ


Résumé (quatrième de couverture) :

Londres, 1821. L'aventurier Giovanni Belzoni, découvreur de la tombe de Séthi Ier, revient d'Égypte pour organiser la première exposition jamais consacrée à l'art pharaonique. Désireux d'acquérir enfin la gloire, Belzoni procède, en compagnie d'un médecin légiste, au débandelettage d'une superbe momie, si parfaite qu'elle paraît vivante. Le procédé fait scandale : un pasteur hystérique exige la destruction de cette relique païenne, et un vieux lord veut la donner à ses chiens. Depuis l'extinction de la civilisation pharaonique, n'a-t-on pas volé, brûlé, réduit en poudres médicinales et même mangé des milliers de momies ? L'étonnant spectacle est un succès. Bandelettes et amulettes sont vendues à des amateurs éclairés, et la carrière londonienne de Belzoni semble lancée. Mais le pasteur, le lord et le légiste sont assassinés ! L'arme du crime : un crochet servant à extraire le cerveau des momies. Dans le même temps, la momie disparaît... Le meilleur policier du royaume, l'inspecteur Higgins, aboutit assez vite à cette conclusion : les meurtres, le complot révolutionnaire qui agite les quartiers miséreux de Londres, et la disparition de la momie sont étroitement liés. L'étrange comportement de Belzoni, une belle brochette de criminels en puissance, une pléiade de fausses pistes, une momie dangereuse mais introuvable, le roi d'Angleterre menacé d'assassinat, le mystère de la momification comme fil conducteur... Aidé par une ravissante avocate, Lady Suzanna, l'inspecteur Higgins pourra-t-il et saura-t-il ouvrir toutes les portes, jusqu'à l'inévitable procès de la momie ?

Maintenant, place au livre !

J'ai bien aimé Very Happy

Le mélange entre une enquête policière et les allers-retours dans le passé, au temps des Pharaons m'a bien branché...
Certaines critiques disent que c'est téléphoné ... Et bien moi, j'ai découvert le coupable que sur la fin du bouquin ...
J'étais peut-être trop aspiré par l'Histoire Razz

Bonne lecture 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire