7 sept. 2016

"Le Spleen de Paris" - Charles BAUDELAIRE

Résumé (quatrième de couverture) :

Pauvres dont les yeux expriment tant d’humilité et tant de reproches …
Infortunés que la beauté méprise …
Veuves solitaires… Et tous ceux qui, péniblement courbés, avancent en cortège, sous le poids des chimères, condamnés à espérer toujours…
Baudelaire reconnaît en chacun d’eux son semblable, son frère.

Monde étroit ! Séjour de l’éternel ennui ! Oh, fuir ! Fuir avec le poète, toucher l’éternité, frôler les nuages, là-bas, les merveilleux nuages ou se plonger dans un bain de ténèbres … échapper un instant à l’implacable vie.

Par quel artifice ? En s’enivrant « de vin, de poésie ou de vertu ».
En oubliant le temps et son « diabolique cortège de Souvenirs, de Regrets, de Spasmes, de peurs, d’Angoisses,
de Cauchemars, de colères et de Névroses »…
Car chacun de nous, hélas, est fait pour comprendre et sentir l’immortelle Beauté. 


Maintenant, place au livre !

Ou on accroche à la poésie, ou on n’accroche pas.
Personnellement, je retrouve dans ce recueil tant de vérité et de temps présent …
Le monde avance dans le temps, mais certaines choses restent.
Est-ce la nature humaine qui est faite comme ça ?
Animal intelligent et oh combien égoïste…
« Baudelaire est un visionnaire… » Diront certains, moi je pense tout simplement qu’il se connaissait bien et avait un grand pouvoir d’observation …

J’attends vos avis et vos retours, je n’en dis pas plus … 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire